Service sanitaire

L’animation d’une action de prévention

Après avoir rédigé votre projet de prévention, c’est l’heure de le mettre en œuvre. Il est temps de mener l’animation de votre action, l’aboutissement des heures de travail.

Oublier l’idée qu’animer n’est possible que pour les professionnels. Vous pouvez ANIMER et pour cela il existe des techniques.

Si l’homme a deux oreilles et une bouche, c’est pour écouter deux fois plus qu’il ne parle.” Confucius

Prenons une personne qui jongle et vous vous dites : « comment fait-elle ? ». Cet exemple illustre l’animation car elle manipule les différents éléments entre eux. Elle le fait quelquefois seule et quelquefois en interaction avec une autre personne ou plus. Vue de l’extérieur ça a l’air facile de jongler, mais cela implique d’articuler plusieurs paramètres intrinsèques et extrinsèques en eux.

Penser l’animation comme un ensemble global sans cesse en mouvement : bref quelque chose de vivant.

Que comprend cet ensemble ?

Je simplifie sa compréhension en 4 piliers :

  • Le savoir ou la connaissance du ou des sujets : qu’à mon sens il faut maitriser, rien de pire qu’un gros blanc après une question et avoir l’honnêteté de reconnaitre son ignorance sur une variante du sujet. Plus on connaît son sujet plus l’animation est fluide et articulée.
  • Le savoir-être : être à l’écoute des participants pour créer un espace convivial et d’échange interactif centré sur eux, faire attention au langage non-verbal (mimiques, tics, posture du corps, le regard, etc.), saupoudrer l’animation d’une pointe d’humeur.
  • Le savoir-faire : tenir compte du fait que les participants n’ont pas le même niveau de connaissance du sujet tout en les prenant dans leur singularité ; articuler l’animation (reformulation, relance, laisser le temps au silence, …), s’adapter au groupe.
  • Le lieu : permets les conditions favorables à la liberté de parole, la convivialité et une certaine symbiose.

Plus haut, j’ai évoqué le fait que l’animation peut se faire seul ou à plusieurs. Nous allons nous y intéresser et comprendre ce qu’il faut mobilier pour sa réalisation bref comment la planifier.

Co-animer c’est jongler avec le fond et la forme à 2 ou à plusieurs.

Pour illustrer mes propos, prenons l’exemple de plusieurs étudiants qui se retrouve en stage dans le même collège et durant la même période. L’infirmière se retrouve à accompagner 3 étudiants (en soins infirmiers, en kinésithérapie et en maïeutique) qui doivent réaliser leur service sanitaire.

Cet exemple est un retour que j’ai eu d’une infirmière scolaire au sein d’un collège.

Il est important, s’ils décident de co-animer, de mettre certaines choses en place. Ils doivent penser à :

  • Répartir distinctement les rôles respectifs ( maître du temps, manipulation outil, etc).
  • Se coordonner durant l’animation :   alterner, rebondir, rediriger, compléter les informations
  • Co-exister : chaque animateur doit donner la place à son collègue et se respecter.
  • Être solidaire : éviter de se contredire et faire front commun face à certains comportements des participants.

Lorsque vous communiquez, il est important d’avoir en tête le pourcentage d’informations retenues.

D’après une enquête de « l’industrie audiovisuelle associations », nous mémorisons au maximum :

Communication et pourcentage d'impact

Comme vous pouvez le voir la mémorisation diffère de la manière dont on s’y prend, l’outil que vous allez utiliser doit en tenir compte.

De plus, sachez que lorsque vous animer, attendez-vous à :

  • de l’interprétation de la part des participants ;
  • des différences de compréhension parce que tous les participants n’ont pas le même niveau de connaissances ;
  • des désaccords avec vous et être vigilants sur leur expression ;
  • du désintérêt du ou des participants (sortez les rames !!!)
  • de gérer les perturbateurs ;
  • à maitriser plus ou moins le temps (je programme l’alarme du téléphone ou prévois une montre au poignet).

Savez-vous que le non verbal à lui seul peut parler pour vous ? Par conséquence sans que vous ne prononciez le moindre mot, votre corps peut s’exprimer pour vous.

Pour illustrer mes propos, j’ai résumé les points de vigilance à prendre en compte lorsque vous animer dans le schémas ci-dessous.

Points de vigilence animation

Pour finir, vous avez les compétences pour animer, vous devez vous faire confiance et connaitre un minima votre sujet et les concepts en prévention.

5 commentaires

    • Talwa B

      Bonjour A.,
      Je suis heureuse que mon blog te plaise, reviens quand tu veux. Je t’invite à lire les autres articles.
      Merci pour tes compliments qui me motivent à poursuivre.
      A bientôt

  • Alodji

    Bonjour c’est génial 👍🏿 ton blog c’est bien expliqué et bien informatif je viendrai ici prendre des infos.
    Merci pour ce que tu fais.

  • Romain

    Bonjour,
    J’ai eu le lien de ton blog sur le site infirmier.com et ton article sur l’animation en binôme nous a bien aidé pendant l’animation de notre action sur le tabac.
    C’est pas évident quant on n’a pas l’habitude d’animer et encore moins devant des collégiens.

    Je fais passer le mot pour ton blog dans ma promo.

    Romain O.

    • Talwa B

      Bonjour Romain,
      Je suis contente que mon article vous ait aidé pour la réalisation de votre action de prévention sur le tabac.
      N’hésites pas à lire les autres articles.

      Bonne continuation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *