Infirmière

A la découverte du métier d’infirmière

Je vais vous parler de mon  formidable métier d’infirmière, la formation, l’évolution.

Je vais répondre d’abord à la question : c’est quoi un infirmier(ère)?  

La réponse paraît simple mais comprend 02 dimensions qui ont font un métier complet. J’aborderai la formation qui dure 3 ans puis je vous présenterai les différents lieux d’exercices. Enfin, je finirai en abordant la richesse des possibilités d’évolution et de spécialisation.

1 . Savez-vous ce qu’est un(e) infirmier(ère) ?

Vous me répondrez en disant : c’est la personne qui donne les soins aux patients. C’est une réponse juste mais incomplète car l’infirmier(ère) fait beaucoup plus que ça. En effet, en plus d’être polyvalente, elle est multitâche et s’adapte au quotidien dans la réalisation de ses missions.

Je vous présente celle du code de la Santé publique qui est assez complète :

L’infirmier(ère) « évalue l’état de santé d’une personne et analyse les situations de soins ; conçoit et définit les projets de soins personnalisés ; planifie des soins, les prodigue et les évalue ; met en œuvre des traitements. Elles (ils) effectuent des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant à promouvoir, maintenir et restaurer la santé. Ils contribuent à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leurs parcours de soins en lien avec leur projet de vie. Les infirmiers(ères) interviennent dans le cadre d’une équipe pluri professionnelle, dans des structures et à domicile, de manière autonome et en collaboration ».

Selon toujours le code la santé publique, elle a 2 principales rôles :

–> Le rôle propre : l’infirmier (ère) prend l’initiative de la prise en charge du patient en toute autonomie et assume la responsabilité des soins administrés

–> Le rôle prescrit : l’infirmier (ère) réalise des soins sur prescription médicale ou délégation.

2. Parlons maintenant de la formation d’infirmier(ère).

De mon temps, il fallait passer un concours réparti en épreuve écrite. Ensuite l’écrit validé, permet d’accéder à l’oral devant un jury de cadres formateurs et de professionnels.

Une fois le concours en poche, j’ai débuté ma formation avec l’ancien programme avec la fameuse « mise en situation professionnelle (MSP) » dont je garde un souvenir mitigé car générateur de stress et de fierté lorsqu’on l’obtenait.

À cette époque la formation était répartie entre cours théoriques obligatoires et pour optionnels, donnés par les cadres formateurs et certains intervenants extérieurs, alternés de stages. Soit une répartition de 50 % de cours sous forme de modules et 50 % de stages avec une répartition sur l’année et non en semestre.

Suite à un report d’année j’ai recommencé ma formation, toujours en première année mais cette fois-ci avec un nouveau référentiel de formation toujours sur 3 ans répartie en 6 semestres.

Les ECTS (terme en anglais : European Credit Transfer Scale) ont alors intégré le vocabulaire de l’étudiant (e) en soin infirmier. Ce sont des crédits (180 au total) dont l’obtention permet à l’étudiant de valider les modules. Cette validation de crédits associée aux différents en stages s’articule entre l’acquisition des compétences (au nombre de 10) scientifiques et professionnelles. De plus l’étudiant rentre dans un parcours LMD (Licence Master Doctorat).

À ce jour, avec le nouveau référentiel de formation, le diplôme d’infirmier(ère) diplômé d’État est reconnu comme un ‘grade licence’. Nous y reviendrons plus tard dans un article.

Pour l’oral, j’ai été aidé par une cadre enseignante en IFSI et je peux vous dire que rien ne vaut l’aide d’une personne qui fait passer des oraux pour pouvoir coller au plus près des attentes du jury.

Depuis la réforme de la formation  du 05 juillet 2018, les modalités d’entrée en IFSI ont changé. L’accès à la formation diffère selon le profil des candidats. Pour plus de délai, je vous invite à lire mon article où j’explique la réforme de la formation infirmière en 4 points.

3. Lieux d’exercices de l’infirmier(ère)

Une fois le diplôme d’infirmier(ère) encadrée dans le séjour, un poste vous attend certainement dans un des services ci-dessous.

    • ž En milieu hospitalier : en chirurgie, aux urgences, en médecine générale, en pédiatrie, en réanimation, en soins palliatifs, en neurologie, en soins de long séjour, en hospitalisation de jour (HDJ), en soins de suite et de réadaptation (SSR), en gynécologie et obstétrique, en psychiatrie, en service carcéral.
    • ž Au sein d’un département, d’une région, de l’Agence Régionale de la Santé(ARS), la CPAM, dans un Centre d’Accueil pour Demandeur d’Asile (CADA) : pour ma part je travaille au sein d’un département.
    • žEn milieu scolaire : infirmier(ère) scolaire (primaire, collègue, lycée et service de santé universitaire)
    • žAu sein d’une entreprise ou d’un service de santé au travail : infirmier(ère) de santé au travail.
    • En libéral : en cabinet libéral, chez le patient ou en maison de santé (avec d’autres professionnelles).
    • žAu sein de l’armée, sapeur-pompier.
    • En établissement spécialisé : Instituts Médico-Éducatifs (IME), en Etablissement et Service d’Aide par le Travail (ESAT), Maison d’Enfance à Caractère Social (MECS), en Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques (ITEP).
    • En établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).
    • Dans l’humanitaire.
    •  En intérim.

Pas de panique face à cette liste et vos questions. Vous allez affiner, au fur et à mesure des cours théoriques et des différents stages, vos préférences pour telle ou telle spécialité.

4. Maintenant que vous êtes en poste dans un service, après avoir passé des entretiens au ‘top’, et que vous vivez votre vie d’infirmieretpasque, il est temps de penser à l’évolution et à la spécialisation du métier d’infirmier(ère).

L’infirmier(ère) peut se spécialiser en :

  • Infirmier(ère) anesthésiste diplômé d’État (IADE) : conditions => 2 ans d’expérience après le diplôme d’infirmier+ réussite au concours, durée=2 ans.
  • Infirmier(ère) de bloc opératoire diplômé d’État (IBODE) : conditions => 2 ans d’expérience après le diplôme d’infirmier(ère) + réussite au concours, durée=18 mois.
  • Puéricultrice : conditions : aucune ancienneté après le diplôme + réussite au concours, durée=1 an.
  • Infirmier(ère) de pratique avancée : conditions : 3 ans d’expérience après le diplôme d’État d’infirmier(ère), durée=2 ans en master 1 et 2 dans un domaine d’intervention bien précis.
  • Infirmier(ère) en recherche clinique : spécialisation dans un service de soins + formation diplômante d’environ 1 an en Technicienne d’Études Cliniques (TEC) ou Assistante de Recherche Clinique (ARC).
  • Infirmière de santé au travail (IST) : conditions : avoir de l’expérience en soins est recommandée avant d’exercer en santé au travail ou en entreprise.
    les formations sont diplômantes. Le code du travail indique que l’employeur  doit inscrire l’infirmier (ère) à la formation dans l’année de son embauche. Durée=1 an en moyenne.

Enfin, il existe des DU par domaine pour se spécialiser par exemple : infirmier(ère) hygiéniste, infirmier(ère) en santé environnementale, en éducation thérapeutique, etc.

Dites moi si vous connaissez d’autres spécialisation dans vos commentaires.

L’infirmier(ère) une fois diplômé(e) peut progresser au niveau hiérarchique :

 

  1. Cadre infirmier(ère) de santé : conditions => 4 ans d’expérience après le diplôme d’État d’infirmier(ère) + réussite au concours, durée=1 an.
  2. Cadre de santé supérieur (en hospitalier) : 3 ans d’expérience comme cadre de santé d’infirmier(ère) + réussir l’examen professionnel ou par nomination.
  3. Directeur des soins : conditions => 5 ans d’expérience après le diplôme de cadre de santé+ réussite au concours, durée=1 an.

Durant mon parcours professionnel, j’ai rencontré des infirmiers(ères) qui m’ont fait part de leur parcours et des formations diplômantes à l’École des Hautes Etude en Santé Publique (EHESP) à Rennes ou l’Institut de Santé Publique, d’Épidémiologie et de Développement ( ISPED ) à Bordeaux.

J’attends votre avis sur la présentation du métier d’infirmière.

15 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *